Il faut qu’on parle de ces femmes asiatiques qui haissent les hommes asiatiques

J’étais en 4ème lorsque j’ai rencontré une personne avec la “haine de soi”. La personne en question était une fille coréenne et également l’une des rares étudiantes asiatiques de mon lycée composé majoritairement de blancs. Etant des adolescentes (hétéro), nous passions naturellement beaucoup de temps ensemble à parler des garçons. Je peux encore me souvenir de leurs réactions lorsque j’ai mentionné que mon coup de foudre le plus long était un garçon assis en face de moi durant mes cours de chinois.

“Ah donc il est asiatique”, dit-elle avec dédain. Voyant mon air confus, elle réponds rapidement, “c’est juste qu’ils sont tellement geeks, et la plupart sont moches aussi”

“Ah donc il est asiatique”, dit-elle avec dédain

Mon amie n’étais pas la seule à avoir cette vision. Depuis, j’écoute d’innombrables femmes asiatiques chanter leurs excuses pour expliquer pourquoi elles refusent de sortir avec des hommes de la même race ethnique qu’eux. Entre l’éternelle “Ce serait comme sortir avec mon frère” ou le “j’ai juste une préférence pour les hommes blancs”, je commence à comprendre que ces excuses ne sont qu’une simple expression de leurs racismes internes. Plutôt que de se confronter à ce sentiment de détestation du soi,  elles ont choisi de créer une histoire où tous les hommes asiatiques seraient trop [à remplir avec une caractéristique détestable], ainsi cette histoire imaginaire les décharges de leurs responsabilités personnelles pour leurs choix amoureux.

Ce serait comme sortir avec mon frère

Bien sûr, en y regardant de plus près, il est clair que leurs justifications étaient criblées d’inconsistances. Premièrement, afin que leurs témoignages collectifs soient réelles, il faudrait que les hommes asiatiques occupent une position paradoxale entre le seigneur patriarcal dénoncé par une femme et en même temps moqué pour être trop geek par une autre femme.

De plus, tandis que ces femmes se défendent avec véhémence d’être des stéréotypes elles-mêmes, elles ne peuvent reconnaitre leurs propres hypocrisies en évoquant des stéréotypes au sujet d’autres groupes. Prenons par exemple, cet article écrit par une étudiante de Hong Kong d’une université en Angleterre. Elle parle des stéréotypes ethniques et affirme que toutes les personnes sont des “individualités” après tous. Ensuite elle finit son article en remarquant que les chinois sont plus petits que les hommes blancs.

Cette article est fortement lié à une large tendance de femmes asiatiques exprimant publiquement leurs dégoûts pour les hommes asiatiques. Gina Choe et Jenny An, se sentent obligé de diffuser leurs choix amoureux anti-asiatique sur des espaces publiques. La comédienne Esther Ku exploitent de façon quotidienne les stéréotypes sur les hommes asiatiques durants ses spectacles. Quelques mois plus tôt, elle avait même tweeté une vidéo d’elle remerciant la compagnie United Airline pour avoir agressé le Dr David Dao. Je vais être claire, il n’y a aucun mal à choisir d’être dans une relation mixte. En revanche, insulter les hommes de la même origine que soi est une chose terrible.

Notre climat racial ambiant est fondamentalement hostile et décourage tous ce qui pourrait encourager l’estime de soi parmi les personnes de couleurs dans l’ouest. La blancheur est souvent le pré-requis non dit au succès et au respect, ce qui incite les minorités à rechercher leurs intégrations au sein d’une société blanche. Pour quelques femmes asiatiques, cela implique de se dissocier totalement des hommes asiatiques. Ces femmes ne son certainement pas représentatives de la femme asiatique normal. Cependant, on ne peut nier que ces voix minoritaires occupent un espace disproportionné dans l’espace si petit occupé par les voix asiatiques. Et il y a très peu d’effort de notre part pour les censurer.

Collectivement, les actions de ces individualités illustrent l’échec plus large de notre communauté pour faciliter les discussions ouvertes sur les problèmes comme le racisme interne. Les fondations de notre activisme, dépend de notre capacité à renforcer une identité asiatiques positive, et nous pouvons même commencer par signaler les personnes qui s’auto-déprécient.

(Article Yuenting J. Yuenting qui est canadienne chinoise étudiante à l’université)

source: http://www.aprilmag.com/2017/06/24/we-need-to-talk-about-the-asian-women-who-hate-on-asian-men/

4 Commentaires

  1. asianguy 24 septembre 2017 Répondre
  2. asianguy 1 octobre 2017 Répondre
  3. l'Eurasien damnė 30 octobre 2017 Répondre
  4. asianguy 7 novembre 2017 Répondre

Ajouter Un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *