“Je ne suis pas votre petite fleur de lotus”

racisme

Je vous traduis une publication sur l’expérience que vit une jeune femme asiatique qui rencontre des hommes contaminés par la Yellow Fever. Vous trouverez la version anglaise dans le lien en bas de l’article. Bonne lecture 🙂

J’adore les femmes asiatiques!” “les femmes asiatiques sont trop sexy“, “Japonaise, Coréenne, Chinoise?” “Les femmes asiatiques savent comment prendre soin d’un homme

Est ce que ces phrases vous semblent familières? Si c’est le cas, félicitations, vous venez de croiser un homme (ou vous l’êtes) – probablement blanc – avec la “Yellow Fever“, la fièvre jaune

En tant que femme asiatique vivant dans un pays remplis d’hommes blancs, je rencontre souvent ce genre d’hommes. Vous savez, celui qui lâche toutes ces phrases au dessus, et qui essaye de deviner de quelle “type” d’asiatique je suis, et dont les actrices favorites sont Gong Li, Lucy Liu et Zhang Ziyi, qui insiste pour parler des dramas Coréen/Japonais/Chinois malgré le fait que je n’ai pas vu ces dramas en questions, qui me parle de toutes les autres asiatiques avec qui il est sorti, qui se plaint des femmes blanches et pourquoi les femmes asiatiques sont bien mieux, et qui essaye de me faire comprendre que les hommes blancs sont beaucoup mieux que les hommes asiatiques.

Bien sûr, ces propos si exotiques sont destinés à être des compliments. Après tout, le patriarcat affirme, qu’est ce qui peut être plus gratifiant pour une femme que l’approbation d’un homme blanc?

Cependant, ce ne sont pas des éloges. c’est condescendant et  déshumanisant, et inextricablement lié au pouvoir social et au pouvoir de la race et du genre sexuel. Pour eux, “Asiatique” est notre caractéristique par définition, dans un sens où “blanc” ne serait jamais utilisé pour les définir eux mêmes. Quand des hommes infectés par la “Yellow Fever” me parlent, ils ne me parlent pas à moi, ils parlent à leur idée de la femme asiatique, leur fantasme fais de chair. Ils parlent à toutes les femmes asiatiques qu’ils ont vu dans les médias, à toutes les actrices asiatiques pornographiques qu’ils ont matés sur leurs écrans d’ordinateurs. Ma personnalité essaye de se mettre en avant, mais est rendu invisible, obscurci par une vision stéréotypé et raciale.

Et quelle stéréotype horriblement misogyne que c’est. Faites un tour sur les sites de rencontres sur internet ou les forums de discussions sur les femmes asiatiques, et vous verrez qu’une des caractéristiques les plus séduisantes à propos des femmes asiatiques, d’après les hommes blancs, c’est notre apparente capacité à “savoir faire plaisir à un homme de la bonne façon”. Mais que signifie “de la bonne façon” ? Eh bien, tout simplement, de le considérer comme supérieur. De tous temps, les femmes asiatiques sont supposé être douces, de nature gentilles, de par notre attitude soumise, de notre rejet des valeurs féministes. (Ha!) A travers leur fétichisations, et leurs suppositions racistes à propos des femmes asiatiques, ils révèlent leurs attitudes avec les relations qu’ils ont avec les femmes en général: Elles devraient être silencieuse et douce, se contenter de leurs statuts de subordonnées, et être ravie de servir.

Comment, demanderez vous, ces hommes arrivent ils à réconcilier leurs idées des femmes asiatiques avec les féministes asiatiques? Facile, ils décident qu’on leur a “lavé le cerveau” par les féministes de l’ouest, qu’elles ont été contaminées, et ont négligées leurs racines culturelles. Le fait qu’ils assument la soumission de l’être inhérente chez les femmes asiatiques que les idées féministes doivent être simple psittacisme des idées des femmes blanches, est insultant à l’extrême. Ne comprenant pas leur conception statique de la culture asiatique, j’adorerais qu’ils posent leurs yeux sur leur propre histoire culturel, revenant des centaines d’années en arrière, et me disent – qu’est ce que la culture Caucasienne? – Et  en rejetant toutes les valeurs que leurs ancêtres ont épousés, ont ils trahis leurs racines culturelles?

 Alors s’il vous plaît, les hommes avec la “Fièvre Jaune”, arrêter de nous fétichiser et de nous exotifier. A la place, voyez nous comme des êtres humains individuels avec des personnalités uniques. Idée cool non? Et la prochaine fois que l’envie vous prend de me parler de toutes les femmes asiatiques avec qui vous êtes sortis et combien vous aimez “Tigre et Dragon” ou “Mémoire d’une geisha” – ne le faites pas.

Source : http://cratesandribbons.com/2013/07/20/exotification-im-not-your-pretty-little-lotus-flower/

2 thoughts on ““Je ne suis pas votre petite fleur de lotus”

  1. Je crois bien que tous les hommes et toutes les femmes qui ont des fantasmes concernant une seule et unique ethnie souffrent de ce genre de syndrome. Après ils se targuent d’être ouverts d’esprits, comme ils s’intéressent à ce qui est ” exotique ” de leur point de vue à eux, alors qu’en vérité ils sont tout autant fermé d’esprit que beaucoup d’autres gens de leur groupe ethnique. Car ils vivent avec un seul fantasme en tête et dans lequel ils se retranchent fermement et obstinément. Je comprends tout à fait ce que tu ressens. Je suis métisse, et j’ai parfois l’impression d’être aux yeux des autres une machine perfectionnée, une sorte de robot programmé bien avant sa conception, pour être ceci ou cela. Que ce soient des gens qui idéalisent le métissage ou ceux que ça répugnent, leur courant de pensée fonctionne toujours avec la même logique interne : un métis est un extraterrestre venu sur Terre pour nous délivrer un message supérieur de paix, en faveur d’un monde utopique, ou d’extermination des ” races pures ” (selon que la personne soit pro-métissage ou contre). Je me souviens d’un gars sur internet qui se plaignait que les métis soient devenus les nouveaux aryens des temps modernes. Quant on considère l’identité de la personne ayant instaurée cet idéal de pureté (Hitler) et tout ce qu’il était prêt à commettre d’infâme et de malveillant pour y parvenir, je trouve ça très insultant d’être comparé à cette idéologie de la race aryenne. Quand je suis face à des noirs, je suis une fille blanche (donc n’appartenant pas à leur ethnie), et quand je suis face à des blancs, je suis une fille noire (donc je n’appartiens toujours pas à une ethnie). J’ai parfois tendance à croire que mes semblables veulent que je devienne totalement schizophrène. Ou peut-être qu’ils veulent me faire comprendre que je suis une mutation de la race humaine, ce qui expliquerait pourquoi je n’appartiens à aucune ethnie. Dans tous les cas, on a du mal à se sentir traiter comme un être humain. Je rejoins donc ton ressentis sur la question de la déshumanisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *