Pourquoi certaines femmes asiatiques refusent de sortir avec des hommes asiatiques?

amour racisme Société

C’est une question à laquelle j’ai eu l’occasion de discuter depuis des années avec mes amies asiatiques. Je répondrais à cette question brièvement puis dans une longue explication. La réponse est un peu crue, et s’applique uniquement aux femmes asiatiques américaines qui refusent de sortir avec des hommes asiatiques.

La vraie raison pour laquelle les femmes asiatiques ne sont pas attirées par les hommes asiatiques n’est pas parce que ceux ci sont repoussants. C’est parce que les femmes asiatiques doivent faire face à leurs sentiments de “haine de soi”  ainsi qu’un déni de leur propre identité et culture.

0. L’attirance….Qu’est ce que c’est?

Je ne suis pas sociologue ou psychologue, donc je ne connais pas la vraie définition. Cependant, l’attirance peut se définir dans sa forme la plus simple comme étant notre réaction à l’apparence d’une personne et comment elle nous fais sentir. Quand vous réagissez immédiatement au côté asiatique de l’apparence d’une personne et que vous la rejetez, vous rejetez les qualités de vos origines. Vous rejetez vos propres qualités . Cela semble sévère mais si vous suivez la même logique, vous vous trouvez vous même pas attirant.

Voici la description qu’une femme asiatique donne à propos de ce qui n’est pas attirant chez un homme asiatique…elle pourrait tout aussi bien se décrire elle même et d’autres femmes générales. Combien de femmes asiatiques sont exempts des caractéristiques décrites ci dessous ?

Le visage en général. C’est la première raison. Ceci inclus, un nez petit et indéfini. La mâchoire pas carré. Petite taille, et de corpulence fine.

Souvenez vous en, l’attirance est subjective. Les hommes asiatiques ne sont pas nés moches. Votre propre esprit en est venu à cette conclusion à cause de diverses sources. Si vous trouvez des hommes asiatiques moches, c’est à cause de vous, pas à cause d’eux.

1. Pourquoi j’ai commencé à m’en soucier (oui c’est à cause de ma famille)
Depuis toujours, du lycée jusqu’à la fac, je ne trouvais pas les hommes asiatiques attirants. Je me souviens avoir dit à mon frère ceci, et il était extrêmement blessé (évidemment). Malgré tout je ne réalisais pas quels dommages j’avais causé. Je le lui avais dit d’une manière assez neutre, et je me disais que tout le monde devrait me comprendre et accepter cette préférence. Pourquoi ils ne le feraient pas? Ensuite mon père m’a demandé pourquoi je ne sortais pas avec des hommes chinois de mon lycée. Je répétais la même réponse. Il était très en colère et blessé. Ma mère était blessé. Tout le monde était blessé. Pourquoi tout le monde était blessé? C’est ma vie, ce sont mes préférences!

Peu après, j’ai réalisé qu’ils étaient blessé parce que dans le fond, je les rejetais. Je rejetais l’aspect extérieur de ma famille, rejetais l’identité de ma famille. Rejeter qui ils étaient c’est rejeter qui je suis. Choisir d’éliminer une classe entière d’homme qui me ressemblait biologiquement c’est éliminer moi même.

2. Comment est ce que cela est arrivé?

-Pas d’asiatiques dans les médias. Les jeunes américains asiatiques de ce pays ne voit que des leaders blancs/noirs. Les héros ne sont pas asiatiques (sauf dans les dessins animés). La belle pom pom girl à la télé est blonde.

-Peut être que vous avez grandit dans un endroit où il n’y avait pas beaucoup d’asiatiques et les seules asiatiques avec qui vous sortez sont de votre famille, ce qui n’aide pas.

-Il y a aussi une tendance d’hommes non asiatiques qui préfèrent les femmes asiatiques.

3. Lorsque j’ai commencé à trouver les hommes asiatiques attirants:

C’était pas vraiment déclic, ça s’est juste déclenché. A un moment juste après la fac, j’ai commencé à m’accepter telle que j’étais. J’ai commencé à redécouvrir ce qui était génial dans ma culture et j’ai accepté et appris à plaisanter avec les choses les plus embarrassantes de ma culture. J’ai aussi commencé à moins m’intéresser à propos des étrangers qui me juge, et passé plus de temps à m’occuper des gens que je tenais le plus. Je ne sais pas vraiment d’où c’est venu, l’âge, la maturité, j’ai juste commencé à préféré les hommes asiatiques. C’est tout.

1 thought on “Pourquoi certaines femmes asiatiques refusent de sortir avec des hommes asiatiques?

  1. C’est juste triste, car personne n’est gagnant dans cette histoire, ni les hommes asiatiques, ni les femmes de la même ethnie. Les seules personnes que ce drame pourrait avantager ce sont les caucasiens, mais si c’est pour qu’ensuite de la haine et du rejet soient engendrés à leur enontre, alors eux non plus ne seront pas victorieux. De plus, si j’étais à la place d’un homme caucasien, je n’aimerais pas penser que ma copine m’a peut-être choisit seulement pour mon ascendance. Ce ne serait pas véritablement de l’amour si la condition pour être aimé, c’est d’être caucasien. Je suis métisse et quand les hommes se mettent à complimenter mon ” exotisme “, je suis plus embarassé qu’autre chose pour différentes raisons :
    1. Le sentiment de n’être attrayante que parce que je ne suis pas trop foncé, ni trop pâle. L’impression d’être coincé entre ces deux états, de telle sorte que j’ai souvent peur de trop bronzé ou de devenir trop pâle. Mon teint pâlit en hiver, même sous un ciel ensoleillé, à cause du manque d’exposition à la chaleur. On pourrait citer aussi toutes les fois où je suis fatigué ou malade. Dans ces moments là, les gens me feront toujours remarquer qu’il n’est pas normal que je perde ainsi mes couleurs, le genre de remarque qu’on ne fait pas aux caucasiens puisqu’on part du principe que c’est normal pour un blanc de ne pas avoir de couleur. De un, c’est con parce que les caucasiens, eux mêmes, ont de la couleur puisqu’ils ne sont pas véritablement blancs au sens littéral du terme (ils sont plutôt beige et rose, parfois rouge). De deux, les gens ont tendance à oublier qu’en plus d’être à moitié négroïde, je suis aussi à moitié caucasienne, il est donc normal que je puisse pâlir comme n’importe quel caucasien. Enfin, je suis un être humain, et il serait temps que les gens s’instruisent sur le fonctionnement biologique d’un corps humain.
    2. La peur de décevoir si je ne parviens pas à être à la hauteur d’un fantasme hyper-puissant. J’ai parfois le sentiment d’être complètement dépassé par les attentes de chacun. ” Suis-je assez belle pour une fille métisse ? “. Les gens partent du principe que je suis forcément canon. Je me souviens d’une conversation sur internet où un gars m’écrivait que je devais vraiment être très belle puisque je suis moitié française et moitié malagache comme le mannequin Noémie Lenoir. Après cette comparaison avec un top model, je n’ai pas osé lui envoyer ma photo. Dans ce genre de cas, je me pose la question suivante : ” Les gens ne seront-ils pas déçus si je ne suis pas capable de me montrer sous mon meilleur jour en toutes cirsconstances, même quand je suis épuisé et que j’ai des cernes sous les yeux et le teint abîmé ? ”
    3. Le sentiment de n’être qu’un produit de consommation.
    4. L’impression de ne pas exister en tant qu’individu à part entière, car tout le monde s’attend à ce que je possède telle qualité ou tel défaut. J’ai parfois l’impression d’être aux yeux des autres une machine perfectionnée, une sorte de robot programmé bien avant sa conception, pour être ceci ou cela. Que ce soient de la part des gens qui idéalisent le métissage, ou venant de ceux que ça répugnent, leur courant de pensée fonctionne toujours avec la même logique interne : un métis est un extraterrestre venu sur Terre pour nous délivrer un message supérieur de paix, en faveur d’un monde utopique, ou d’extermination des » races pures » (selon que la personne soit pro-métissage ou contre). Je me souviens d’un gars sur internet qui se plaignait que les métis soient devenus les nouveaux aryens des temps modernes. Quant on considère l’identité de la personne ayant instaurée cet idéal de pureté (Hitler) et tout ce qu’il était prêt à commettre d’infâme et de malveillant pour y parvenir, je trouve ça très insultant d’être comparé à cette idéologie de la race aryenne. Quand je suis face à des gens typés négroïdes, je suis une fille caucasienne (donc n’appartenant pas à leur ethnie), et quand je suis face à des caucasiens, je suis une fille négroïde (donc je n’appartiens toujours pas à une ethnie). J’ai parfois tendance à croire que mes semblables veulent que je devienne totalement schizophrène. Ou peut-être qu’ils veulent me faire comprendre que je suis une mutation de la race humaine, ce qui expliquerait pourquoi je n’appartiens à aucune ethnie. Dans tous les cas, on a du mal à se sentir traiter comme un être humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *