Racisme journalistique habituel

Depuis maintenant 10 ans, aucune presse n’oublie de consacrer un article, un filet, une colonne ou une double page sur la montée de la puissance chinoise. Plus globalement, de la puissance asiatique (puisque nous sommes en Europe, les asiatiques sont TOUS chinois, c’est comme ça et pas autrement – sinon faut être bac +4 pour distinguer la Birmanie du Tibet).

A part dans le Figaro (journal de droite libérale), les journalistes n’y vont pas de main morte. Tout dépend du sujet en fait : s’il s’agit d’un “milliardaire chinois” qui a acheté un vignoble bordelais, un dossier lapidaire s’acharnera à transformer l’acheteur en vorace conquérant romain, puis s’il s’agit de Michelle Yeoh, la plume s’adoucira pour dire que ces femmes mariées à des Blancs “ont tout compris dans la vie” (T’as Free, t’as tout compris”). Bref, prenez n’importe quel journal français, à n’importe quel jour de la semaine, la Chine (= les CHinois, les autres asiatiques, en somme par effet domino) s’en prend plein la gueule. Que ça soit plus ou moins immérité, là n’est pas la question. Ce qui est très étonnant (et très habituel), c’est cet acharnement avéré (= vasy que j’casse du Chintok ) qui fait le prétexte de tout article.

Mode, industrie, chanson, technologies, sexe, politique, arts déco et…même les people !

Essayez de lire un article sur Angelina Jolie ou sur Johnny Hallyday et vous remarquerez qu’il y a TOUJOURS (et presque un mâlin plaisir) une allusion à la CHANCE qu’ont leurs enfants adoptifs d’être aussi millionnaires. Pourquoi ? Moi, parano ? Comment ça? Eh bien, que Maddox Jolie-Pitt ait grandi et soit l’enfant providentiel, vous feuilletez Paris-Match et quelques pages plus loin, il y a un reportage sur le Laos (avec des gens qui mangent par terre et des vieilles dames aux dents noires) ; Les filles de Johnny Hallyday en prennent pour leur grade en faisant la Une d’un magazine qui réussit à faire du lecteur (votre voisine, votre collègue, votre beau-frère Julien ou votre belle-soeur Mélanie, ou la tête de conne de la salle d’attente) une équation toute simple et systématique à chaque fois qu’il ou elle verra votre tête bridée : ” Asie = enfants abandonnés = misère = yeux malicieux = réussissent à amadouer le tigre comme le roi = chance d’être adoptés alors qu’ils devaient crever nus à l’air dans leur pays = bah on verra quand Johnny va claquer, on rigolera bien “. Ou comme pour Marjolaine qui, comme par hasard, joue le rôle d’une nana vénale devant choisir un mec pour assurer son avenir (hem hem, vous avez dit Pattaya?), merci TF1.

En clair, ça s’appelle du voyeurisme.

En crypté, ça s’appelle du racisme asiatophobe bien caché et bien ficelé. Et ça vous coûte 2,30€.

Ajouter Un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *