Reconnaître mon racisme interne en tant que femme asiatique est le seul moyen de m’en sortir

Je suis une femme asiatique et je refuse de sortir avec un homme asiatique” était destiné à moi même et également une accusation de tous les types de racismes qui sont affichés à chaque fois qu’une minorité entend “Je ne sors pas avec les gens de la même origine que moi car…”.

Je ne peux pas vous dire combien de fois j’ai entendu la phrase “les caractéristiques occidentaux sont plus attirants”. Quand vous acceptez cela, vous acceptez également la suprémacie blanche, l’idée que être blanc est normal, sans avoir à le questionner.

Beaucoup de minorités acceptent cette notion. Et il est facile de se cacher derrière “c’est une préférence personnelle” ou le fait que l’on aime pas la culture dans laquelle on a grandit. Je souhaite démontrer que les préférences personnelles ont de profondes implications.

A votre grand étonnement, je suis sortie avec un homme asiatique avant. Je sais, c’est un choc. Appeler cela un troll si vous voulez.

Faire partie d’une minorité est un rappel constant qu’on est différent, un outsider, que ce soit lorsqu’on vous interpelle dans la rue en cirant “nihao” ou bien lorsque durant un entretien on vous demande quels sont vos origines ?

J’ai écrit cette histoire car j’ai également été la personne qui disait, “Oh je ne sortirais jamais avec un homme asiatique, c’est pas mon truc! ” et je l’affirmais haut et fort. Ce n’est pas quelque chose dont on peut être fier mais c’est une réalité. Ce sont mes ratés personnels que j’ai également entendu de mes amies asiatiques auparavant. Et j’ai entendu beaucoup d’hommes asiatiques s’en plaindre.

Beaucoup de personnes ne réalisent pas que cela est une manifestation d’un racisme interne. Je voulais démontrer que j’étais également raciste lorsque je prononçais cette phrase.

Je pense que les gens devraient être libre d’être déçu de se sentir différent. C’est une conséquence du pouvoir destructeur du racisme.

Cet article à été écrit, non pas comme une proclamation qu’être asiatique c’est mal, il a été écrit dans le but de comprendre que se sentir étranger se manifeste par la détestation de soi.

J’aurais aimé que quelqu’un me dise plus tôt que ces sentiments d’exclusions sont normals, qu’on a juste à les accepter et être honnête. Que ces sentiments sont du racisme interne, pour qu’on puisse les expurger de nous mêmes.

Avant de pouvoir dire haut et fort que j’étais raciste envers les asiatiques, je ne pouvais accepter moi-même.

Les films et les magazines, dans l’ensemble, qui proclament qu’être blanc est la norme, sont dangereux. Mais c’est encore plus dangereux de ne pas reconnaitre que cela influence notre esprit.

C’est important de voir à quel point le monde entier pousse les minorités vers le chemin de “l’assimilation”. Reconnaître que la normalité est forcément un blanc occidental est le premier pas vers la destruction de ce racisme interne. Vous vous devez de connaitre l’ennemi.
Même si cet ennemi est vous-mêmes.

Bien sûr qu’il est destructeur de pense que seule la culture occidentale la seule existante. C’est le point crucial de l’histoire.

Et à propos des hommes asiatiques spécifiquement, clairement, ils devraient rester eux-mêmes. S’il existe bien un cas où il faudrait dire : “Ce n’est pas toi, c’est moi” , c’est bien dans ce cas là. Ils ne devraient pas sortir avec des filles qui ont des problèmes avec leurs origines. Oui ne faites pas ça.

 

Source : http://www.xojane.com/issues/recognizing-my-internal-racism-as-an-asian-woman-is-the-only-way-for-me-to-fix-it

Ajouter Un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *